Sommaire

Le vaccin « verrue » est un vaccin contre le papillomavirus humain.

La verrue est causée par un virus, le papillomavirus humain. Depuis 2006, un vaccin est en vente et conseillé à toutes les jeunes filles.

Vaccin verrue : la contamination sexuelle

L'emploi du préservatif diminue le risque de transmission, mais ne protège pas complètement.

Les papillomavirus humains peuvent se transmettre lors des relations sexuelles et des contacts intimes.

Cause vaccin verrue : transmission de la verrue génitale au col de l'utérus

Le risque pour qu'une personne porteuse de condylomes transmette cette verrue génitale après un seul rapport est de l'ordre de 60 à 70 %.

Les condylomes sont très fréquents :

  • la plupart du temps, ils sont éliminés spontanément par l'organisme ;
  • mais certains peuvent persister dans les muqueuses génitales et provoquer parfois des lésions du col de l'utérus et à long terme un cancer du col de l'utérus.

Bien souvent, aucun symptôme n'apparaît.

Vaccin et verrue : d'autres zones infectées par les verrues

Les infections par les PVH ne sont pas limitées au col de l'utérus. Chez les femmes, elles peuvent atteindre d'autres zones comme la vulve et le vagin. Cela nécessite un traitement pour prévenir une évolution vers un éventuel cancer.

Vaccin verrue : une prévention contre le PHV

Le risque d'exposition maximal au papillomavirus humain (PHV ou HPV) se situe entre 15 et 24 ans.

On estime que plus de 7 femmes sur 10 seront exposées aux PVH au cours de leur vie sans symptôme apparent.

Pour le détecter, le gynécologue procède à un frottis :

  • si le frottis signale des cellules pouvant faire suspecter une infection aux PVH, il procède à une colposcopie ;
  • on prélève des cellules sur le col de l'utérus afin de les analyser ;
  • si l'infection est avérée on procède à une conisation : technique chirurgicale garantit un taux de guérison élevé ; toutefois, elle peut avoir des conséquences lors des grossesses (exemple : prématurité).

Vaccin verrue et cancer col de l'utérus : controversé

Le vaccin contre le papillomavirus humain a été mis sur le marché en 2006.

Vaccin verrue : pour lutter contre le cancer du col de l'utérus

En France, le cancer du col de l'utérus touche chaque année environ 3 000 femmes, quel que soit leur âge :

  • le plus souvent diagnostiqué autour de 40 ans ;
  • ne survient que plusieurs années après la transmission du virus.

Un vaccin pour les femmes entre 14 et 23 ans

Il protège contre le cancer et les condylomes ou verrues génitales dus au HPV mais ne s'adresse pas à toutes les femmes.

L'ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé, anciennement AFSSAPS) est très claire : « Le vaccin Gardasil® est indiqué dans la prévention du cancer du col de l'utérus dû à certaines infections à papillomavirus humains (...) Gardasil® s'adresse aux adolescentes de 14 ans avec un rattrapage jusqu'à 23 ans chez celles qui n'auraient pas encore eu de rapports sexuels ou au plus tard durant l'année suivant leur premier rapport. »

À noter toutefois que le Gardasil® ne sera plus commercialisé à partir du 31 décembre 2020. Il sera remplacé par le Gardasil 9® recommandé par le Haut Conseil de la Santé Publique pour toute nouvelle initiation de vaccination (Gardasil® quadrivalent ne doit être utilisé que pour finir les schémas débutés avec ce vaccin).

Efficacité du vaccin verrue : encore discutée par les spécialistes

Le vaccin contre les papillomavirus ne protège pas à 100 % contre le cancer du col de l'utérus. La réalisation régulière de frottis reste donc indispensable. Les médecins ne sont pas tous d'accord sur l'efficacité de ce vaccin.

Lire l'article Ooreka

Aussi dans la rubrique :

Traitement et prévention

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider